Accueil  >  GERI  >  SMRT  >  séminaires 1993-2013  >  séminaires 1997 

séminaires 1997

Modélisation des réseaux de transport

ARON M., BOILLOT F., LEBACQUE J-P. Actes du groupe de travail Modèle de trafic 1997, Actes INRETS n°74 - en vente à la librairie de l'Ifsttar
58 bd Lefebvre - F-75732 Paris Cedex 15
Tél. : +33 (0)1 40 43 50 20 - Fax : +33 (0)1 40 43 54 95
Mail : diffusion-publications(at)ifsttar.fr

juin

S. Lassarre Techniques empirico-bayésiennes en sécurité routière
La modélisation du risque routier au niveau d'un site : carrefour ou section de route, passe par un modèle gamma L Poisson, où le taux d'accident suit une loi gamma, et le nombre d'accidents une loi de Poisson dont la moyenne dépend du taux.
Dans de nombreuses applications, en particulier pour la cartographie des risques sur un réseau, l'estimation des paramètres de la loi a priori gamma du taux se fait selon la méthode empirico-bayesienne à partir des nombres d'accidents. On en tire des estimations des lois a posteriori des taux d'accident pour chaque site fort utiles pour la sélection des sites dangereux et l'évaluation de l'efficacité des mesures de sécurité routière.

J.P. Lebacque Modèles de trafic à flux hétérogènes
Un regain d'intérêt se manifeste depuis quelques années pour les modèles macroscopiques du trafic du 1er ordre, du type Lighthill-Whitham-Richards, se traduisant notamment par diverses extensions,permettant de modéliser une grande varieté de situations de trafic.
L'une de ces extensions concerne la possibilité de modéliser des flux de trafic hétérogènes, i.e. dans lesquels les véhicules peuvent être distingués selon des critères relatifs à leur affectation, et aussi, dans certains cas, selon leur vitesse.
On se propose dans cet exposé de décrire quelques-uns de ces modèles, en insistant sur les idées fondamentales et leurs implications, et en donnant des éléments de calcul lorsque cela s'avère possible.

janvier

H. Mongeot Modélisation de l'écoulement du trafic en présence d'un incident de la circulation

J-P. Lebacque Comment simuler le caractère fini de l'accélération des véhicules dans le cadre des modèles macroscopiques du premier ordre