Intégrer des critères environnementaux dans le coût de l’approvisionnement en granulats en s’appuyant sur le concept de transportabilité

Les politiques publiques d’économie des ressources naturelles et de réduction des volumes de déchets incitent au recyclage dans le domaine du BTP. Toutefois, l’essor du recyclage repose sur l’organisation des filières de façon à répondre aux besoins du marché à un coût compétitif. En intégrant des critères environnementaux dans ce coût, une implantation judicieuse des plateformes de recyclage pourrait accroître la compétitivité de l’offre de granulats alternatifs par rapport aux granulats naturels, dans la mesure où elle permettrait de réduire les flux de granulats, les consommations d’énergie et les émissions à l’échelle d’un territoire. Deux contributions illustrent la mise en place d’une telle stratégie, l’une examinant les consommations d’énergie inhérentes à la production de granulats, l’autre illustrant par un gain de transportabilité l’accroissement de compétitivité d’un gisement découlant d’une moindre consommation d’énergie.

Bilan énergétique de la production de granulats

8 carrières de granulats naturels et 11 plateformes de granulats alternatifs ont fait l’objet d’analyses des consommations d’énergie nécessaires à l’élaboration des granulats en s’appuyant sur le logiciel MEG (Module d’élaboration des granults développé par l’IFSTTAR et le réseau scientifique et technique). Ces analyses distinguent les consommations d’énergie selon leurs origines (fossile ou nucléaire). Les émissions de gaz à effets de serre inhérentes à l’élaboration de ces granulats ont également été estimées à l’aide du même logiciel. Ces travaux ont alimenté l’approche fondée sur le concept de transportabilité des granulats. CETE IdF/LEM, ERA 36 (Angers), Ifsttar.

Illustration de l’influence des réseaux sur la transportabilité des granulats

Fig. 11

Avec le concours d’un spécialiste SIG du CETE de l’ouest, un département virtuel de 10 000 km2, doté de différents réseaux (routes, rivières, voies ferrées, …) a été simulé, sur lequel ont été représentées les zones d’influence de 5 sites de production de granulats. L’étendue de ces zones d’influence est calculée à partir de différentiels de consommations d’énergie traduits en différentiels de transportabilité (fig. 11). Selon ce concept, l’influence d’un site donné est prépondérante en un lieu donné lorsque l’énergie consommée pour élaborer et transporter les produits de ce site en ce lieu est plus faible que celle calculées dans le cas des autres sites. CETE de l’ouest, Ifsttar.